L’ESL et la DreamHack dévoilent la version 2020 de l’ESL Pro Tour

  
Crédit Image de fond : ESL


L’ESL et la DreamHack, deux organisateurs de compétitions et événements internationaux, viennent d’annoncer un nouveau circuit pour l’esport de Counter-Strike : l’ESL Pro Tour.

Réunis sous la bannière du Modern Times Group (MTG), société parente des deux entités ici présentes, l’ESL et la DreamHack ont choisi de se rapprocher pour proposer un nouveau circuit compétitif dans le paysage esport de Counter-Strike.

Baptisé ESL Pro Tour, ce dernier compte près de 20 rendez-vous au travers des événements organisés par l’ESL et la DreamHack. Accompagné d’un cash prize total de 5 millions de dollars, il constitue, d’après le communiqué de presse, le plus grand et le plus lucratif des circuits de toute l’histoire compétitive du titre de Valve.

Le calendrier 2020 de l’ESL Pro Tour
Crédit Image : ESL



Derrière cette nouvelle institution, il est une volonté de structure dans un paysage esport parsemé d’innombrables compétitions. Sous une même bannière, les fans à travers le monde pourront plus facilement suivre l’action via une seule histoire, commune à toutes et tous.

La construction de l’ESL Pro Tour va s’exercer sur deux niveaux :

– Le niveau Challenger, regroupant les événements de la DreamHack Open, la Mountain Dew League et les championnats nationaux de l’ESL.

– Le niveau Masters, incluant des rendez-vous à plus de 250 000 dollars de cash prize et joués dans des arènes comme les ESL One, les Intel Extreme Masters (IEM), les DreamHack Masters ainsi que l’ESL CS:GO Pro League.

Au fur et à mesure du calendrier annuel, les équipes pourront ainsi accumuler des points afin de tenter d’accéder aux deux ultimes compétitions de cette architecture : les Intel Extreme Masters de Katowice en Pologne, et l’ESL One Cologne en Allemagne.

Voici un visuel permettant de synthétiser l’ensemble de cette architecture compétitive.

L’architecture compétitive de l’ESL Pro Tour
Crédit Image : ESL



L’œil de la rédaction


Cette volonté de simplifier le paysage compétitif est la bienvenue à mesure que les tournois se multiplient à travers le monde. Apporter de la structure devient un essentiel pour conserver l’intérêt des fans, notamment dans un contexte de développement des ligues franchisées, plus statiques et aux formats davantage lisibles qu’un esport plus épars.



Source – Communiqué officiel de l’ESL : http://bit.ly/2lZUTop



Alexandre « SuriPlay » Carlier


Categories: