Instant Start’Up : Join

  


Join est une startup française ayant développé une plateforme marketing dédiée au gaming et à l’esport. Elle se spécialise dans l’optimisation de campagnes marketing relatives à cet écosystème et est opérée par une équipe de 4 personnes :


  • Jonathan Szwarc, Co-Fondateur


  • Nicolas Goudemant, Co-Fondateur


  • Loïc Renaud, Ingénieur Full Stack


  • Dimitri Combe, Ingénieur Software




C’est avec plaisir que nous les accueillons aujourd’hui dans le cadre de notre rubrique « Instant Start’Up ».


Bonjour Jonathan, Nicolas, Dimitri et Loïc, comment allez-vous ?


Au top, nous sommes ravis de pouvoir vous présenter Join !

Nicolas et Jonathan, co-fondateurs de Join




PRÉSENTATION


Nous avons le plaisir de vous accueillir pour vous poser des questions sur Join. Pouvez- vous, dans un premier temps, vous présenter ainsi que votre offre, pour ceux qui ne vous connaîtraient pas ? 


Nous nous sommes rencontrés à l’ESCP Europe au sein d’un mastère spécialisé en entrepreneuriat. C’est un cursus de 6 mois regroupant des profils d’horizons très divers (école de commerce, d’ingénieur, de marketing, de design…) et dont le but est simple : apprendre les bases de la création d’entreprise tout en travaillant sur de nombreux projets en groupe. Jonathan a étudié le marketing à Dauphine et je sors d’une école d’ingénieur, l’ECE Paris : deux profils parfaitement complémentaires pour une start-up tech. Nous avons eu la chance de travailler ensemble très rapidement et de nous associer par la suite pour créer Join.

Nous opérons aujourd’hui comme un trading desk (NDLR : bureau d’échange) indépendant : c’est à dire que nous achetons des espaces publicitaires pour le compte de nos clients afin de répondre à leurs problématiques de marque. Nous sommes spécialisés dans le domaine du gaming et pour des campagnes à la performance : notre but est d’optimiser les dépenses marketing de nos marques avec des objectifs très roistes (visibilité calculée d’une offre, apport de trafic qualifié, génération de ventes…).

Détails de l’offre de Join



L’OFFRE DE JOIN


Le secteur de l’esport est en pleine croissance ainsi que l’exploitation des données de tous types. Selon vous, qu’est-ce qui semblait manquer dans les offres existantes et qui a motivé la création de Join ?


L’esport est en pleine croissance depuis plusieurs années et le secteur se professionnalise avec de belles levées de fonds françaises comme Team Vitality ou Pandascore par exemple. L’audience est grandissante et intéresse les marques qui ont de plus en plus de difficultés à toucher les jeunes populations. C’est la grande force de l’esport : plus de 80% d’hommes, entre 15 et 35 ans et qui possèdent un réel pouvoir d’achat. L’esport déchaîne les passions et déplace les foules, on est loin du cliché du jeune gamer qui passe ses journées seul devant son écran…. il s’agit maintenant de l’expliquer aux marques. Si les marques du secteur l’ont compris depuis longtemps, il demeure un vrai rôle d’éducation pour les autres.

Néanmoins l’esport, et le gaming de manière plus générale, concentre des audiences très fragmentées, avec de véritables communautés qui peuvent être mal comprises par les marques. Notre rôle chez Join est de mapper (NDLR : cartographier) ces communautés au travers de la donnée et de permettre à nos marques clientes de les toucher de la bonne manière et aux bons endroits.



Vous vous êtes rencontrés sur les bancs d’ESCP Europe avant de vous lancer dans cette aventure. Comment s’est déroulé la genèse du projet entre le moment où la décision fut prise, et la première itération que vous avez pu proposer ?


Dès la fin de notre mastère nous avons travaillé à trouver la meilleure manière de répondre à ce besoin d’identification des audiences esport et nous avons rapidement découvert le milieu de la publicité programmatique. Pour faire simple c’est un modèle de publicité digitale qui permet de pousser des messages publicitaires auprès des bonnes personnes avec une finesse de ciblage extrême. 

Nous avons créé l’entreprise en janvier 2018 en sélectionnant les bons partenaires avec qui débuter avant de reconstruire notre propre technologie en interne.

Le site internet de Join (teamjoin.fr)





Vous proposez aujourd’hui un service en trois axes : atteindre l’audience esport dans son intégralité, au travers d’une méthode précise, et au sein d’un écosystème brand-friendly (favorable aux marques). Comment accompagnez-vous votre client au travers de ces objectifs ?


Nous avons créé une alliance data et média en nous inspirant du modèle de l’Alliance Gravity. Il s’agit d’un modèle de partenariat entre 25 groupes, majoritairement de presse et d’opérateurs télécom français, visant à se partager leurs données tout en regroupant leur inventaire publicitaire ; l’idée étant de proposer un reach (NDLR : une portée) d’audience comparable à celui des leaders américains (Google, Facebook…). A notre échelle nous avons donc noué des partenariats avec le top 20 des sites gaming et esport français afin de qualifier leurs audiences et d’être capables d’annoncer les offres de nos clients sur leurs sites.

Côté data nous collectons chaque jour des centaines de milliers d’événements que nous catégorisons au sein d’une grande base de données par jeu, type de jeu, plateforme, engagement… Ces données constituent ensuite des segments d’audience que nous utilisons pour toucher les bonnes personnes lors de nos campagnes publicitaires. Nous sommes par exemple en mesure de toucher des audiences très pointues comme “ les possesseurs de Switch qui jouent à Fortnite plus de 5h par semaine ” ou plus larges par type de console (PC, Xbox, Playstation 4). 

Clusters d’audiences Join





Par l’intermédiaire de votre plateforme, vous regroupez de nombreux aspects d’une campagne marketing telles que les données statistiques, l’automatisation de parcours, le RTB, etc. Comment fonctionne concrètement cette technologie si complète ?


Concrètement notre plateforme est connectée à des places de marchés publicitaires qui nous permettent d’acheter en temps réel des espaces ciblés sur les audiences que nous avons mappées (NDLR : cartographiées). Ces achats s’opèrent sous la forme d’enchères avec d’autres acteurs et notre connaissance des audiences nous offre l’avantage de n’acheter que les espaces les plus pertinents. En outre nous avons l’opportunité d’enchérir plus cher que nos concurrents afin de remporter l’affichage des publicités et en ayant la certitude de répondre aux objectifs roistes de nos clients. Nous travaillons en amont avec eux les meilleures audiences à cibler en fonction de leurs offres et sommes ensuite capables de détecter en cours de campagne d’autres audiences plus fines grâce à nos algorithmes d’optimisation. Sur une campagne classique nous testons plus de 50 stratégies qui mixent audiences, formats publicitaires et créas.

Nous donnons ensuite une visibilité totale à nos marques clientes sur les statistiques de campagne et construisons des historiques de données pour chacune d’entre elle qui nous permettent d’être de plus en plus performants sur les prochaines activations. Enfin nous leurs donnons le plus d’insights (NDLR : d’interprétations) possibles afin de les aider à mieux définir leurs prochaines offres.

Exemple de campagne programmatique





Vous proposez actuellement une offre pour les éditeurs en plus de l’offre standard. Qu’apporte celle-ci en comparaison de ces premiers services ?


Nous rémunérons l’ensemble des sites avec lesquels nous travaillons. Chaque donnée collectée à une valeur que nous définissons et qui est rétribuée à nos partenaires via les campagnes publicitaires que nous opérons. C’est un point essentiel de notre modèle d’alliance dans un écosystème web où les sites ont de plus en plus de mal à survivre. Nous leur explicitons clairement la donnée qui a été utilisée, le revenu qu’elle génère, ainsi que le média que nous avons pu acheter chez eux.



Quelles sont les futures évolutions, en termes de fonctionnalités, que vous envisagez pour l’avenir à court, moyen et long terme ?


Notre travaillons actuellement sur des algorithmes de NLP (Natural Language Processing) afin d’être de plus en plus précis sur la catégorisation des données que nous collectons. Aussi nous avons noué plusieurs partenariats avec des e-tailers français afin d’être capable de calculer précisément le ROI que nous apportons aux marques avec lesquelles nous travaillons

Côté éditeur nous avons démarré un grand chantier autour du format des publicités que nous exposons. En effet les bannières publicitaires peuvent très rapidement nuire à l’expérience utilisateur de l’internaute et la montée des adblocks (NDLR : Bloqueurs de publicités) démontre un ras-le-bol unanime. Alors que de grands acteurs comme Snapchat et Facebook ont démocratisé l’utilisation des stories dans un contexte social média, nous prenons le pas de sortir ce format sur le Web.

Ainsi nous avons démarré le développement d’un logiciel de création de contenu au format Story pour nos sites partenaires. Ils seront alors en mesure de créer du contenu sur un format engageant et dédié au mobile. Toujours dans une logique d’alliance nous exposerons les offres de nos clients au sein de ces stories, améliorant l’expérience utilisateur tout en rémunérant nos éditeurs. En outre nous avons élargi le spectre de nos partenaires média afin d’être présent sur Facebook, Snapchat, Youtube et Twitch.

Exemple du format Story : https://stories.teamjoin.fr/riven-tutorial/


BUSINESS


Au commencement d’une start-up, de nombreuses méthodes de financement existent telles que la love-money (familles & amis), les fonds propres, le participatif ou encore l’investissement externe. Quelle a été la méthode employée dans le cadre de Join ?


Nous avons créé Join sur la base de fonds propres et avons bénéficié d’aides publiques grâce à notre incubateur. Depuis, nous avons la chance de pouvoir financer notre entreprise grâce aux campagnes que nous opérons avec nos clients. C’est rare dans le monde des start-ups et nous sommes très fiers de pouvoir travailler avec des marques reconnues qui nous font confiance, pour certaines depuis notre lancement.

Marques clientes de Join





Afin de pérenniser votre activité, comment s’articule votre business model pour permettre à la plateforme Join de vivre et se développer ?


Notre business model est assez simple : nous captons un pourcentage de l’achat média que nous opérons pour le compte de nos clients. 



Les plateformes et outils relatifs aux données se développent de plus en plus notamment autour d’aspects marketing, comme le programmatique, ou plus spécialisés sur les audiences. Comment Join se démarque-t-elle de la concurrence ?


Notre vraie force réside dans les partenariats que nous avons noués et notre technologie de base de données. Nous sommes spécialisés dans le gaming et cette verticale nous permet de nous concentrer sur ce seul écosystème quelque soit nos développements. Comparativement à des solutions plus généralistes, nous pouvons axer nos algorithmes de traitement uniquement sur cette typologie de données. Nous avons aussi une connaissance accrue du marché et de ses évolutions qui nous confère une réelle expertise pour guider nos marques dans l’optimisation de leurs campagnes marketing gaming et esport.



Votre plateforme acquiert petit à petit de l’expérience à mesure qu’elle grandit. Quels sont vos besoins actuels et futurs ?


Notre offre a eu le temps de mûrir et à fait ses preuves auprès de nombreuses marques que nous accompagnons. Nous sommes actuellement en train d’agrandir nos équipes en interne afin de toujours mieux répondre à leurs besoins tout en améliorant nos briques technologiques.



Dans le cadre de vos activités, recevez-vous le soutien de mentors, d’incubateurs ou même d’investisseurs en particulier ?


Oui bien sûr, des entrepreneurs qui n’arrivent pas à s’entourer ne peuvent pas réussir. Nous avons été accepté à l’incubateur de l’école Télécom ParisTech qui nous permet d’être proche de professeurs-chercheurs, d’investisseurs mais aussi d’étudiants en recherche de stages ou de premiers emplois. Nous sommes aussi en résidence chez 50 Partners, un accélérateur de start-up parisien.



Comment vous faites-vous connaître des investisseurs potentiels ? (Concours de pitchs, concours de start-ups etc…)


Comme dans toute start-up l’exercice du pitch est de mise et nous avons par exemple remporté le concours Rocktech Paris dédié à l’esport en 2018. Sinon notre cursus à l’ESCP nous permet de bénéficier du réseau de l’école ainsi que des fondateurs de notre mastère, manager partner dans un grand fond parisien.

Pitch Rocktech Paris Esport & Gaming – février 2018




LE FUTUR DE L’ÉCOSYSTÈME ET DE LA PLATEFORME


L’esport est un écosystème en pleine expansion qui évolue à très grande vitesse. Comment le concevez-vous d’ici quelques années ?



L’esport est voué à croître et nous vivons seulement les prémices d’un écosystème qui est le futur de l’entertainment (NDLR : le divertissement). Les nouvelles technologies se développent de plus en plus vite et l’innovation sera le moteur de cette mini-révolution numérique. A quand des compétitions d’esport en VR à la Ready Player One ? 🙂



Selon vous, de quelle manière la publicité en ligne et l’exploitation des données vont-elles évoluer à l’avenir au sein de l’écosystème esport ?


La publicité digitale est aujourd’hui très dépendante d’un identifiant pour cibler les bonnes audiences que l’on appelle cookie. Les restrictions des navigateurs pour bloquer leur utilisation, l’arrivée en Europe de la RGPD en matière de protection des données personnelles, et la prise de conscience des internautes sur les problématiques de ciblage publicitaire mettent à mal ce modèle qui pâtit en plus très souvent de mauvaises pratiques. Nous sommes convaincus que le futur de la publicité digitale se trouve dans le ciblage contextuel, c’est à dire basé sur le contenu plutôt que sur un individu. Notre logiciel de création de contenu au format Story sera d’ailleurs lié à un moteur de recommandations de contenus qui nous permettra d’afficher des publicités de manière intelligente et dans le respect de l’utilisateur. Il ne s’agit pas de renoncer aux performances d’une campagne publicitaire ciblée mais bien d’étudier des alternatives plus cohérentes avec l’évolution du marché et des attentes de l’utilisateur.



On saute dans le futur pour vous retrouver dans 3 ans. Comment se présente la plateforme Join si toutes les conditions sont réunies pour réaliser vos ambitions ?


Il est déjà compliqué pour une start-up de se projeter à un horizon de 6 mois alors imaginez 3 ans ! Toute l’équipe Join préfère garder les pieds sur terre et vous donner rendez-vous à la rentrée de septembre pour vous présenter en détails son offre de Stories 😉





Merci beaucoup pour vos réponses et pour avoir accepté notre interview. Vous pouvez retrouver la plateforme Join ainsi que ses réseaux sociaux via les liens ci-dessous ! 



Alexandre « SuriPlay » Carlier



LA PLATEFORME JOIN


Site internet : https://teamjoin.fr


LinkedIn: https://www.linkedin.com/company/join-programmatic-plateform/about/

L’ÉQUIPE JOIN


Twitter de Nicolas : https://twitter.com/Ng__Good


Twitter de Jonathan : https://twitter.com/J_Szwarc


Categories: